À vous la parole

Accueil > Axes de travail > Santé / environnement > Projet Risques émergents > Les nanotechnologies

Axes de travail

Aucune FAQ liée.

Nano : Santé, Environnement, Economie - Eléments de réflexion

Nanovoiture

L’infiniment petit n’en finit pas de délivrer les promesses d’un « nano-monde » où les propriétés de la matière se métamorphosent. Les scientifiques parlent d’espoirs de recherche, les industriels de révolution. Les hommes font face à de nouveaux risques potentiels, émergents et très difficiles à évaluer.
Il s’agit ici de présenter brièvement les nanotechnologies, l’état de l’art (usages, réglementation…) et les enjeux qui sont liés.

Les usages

Les principales nanoparticules utilisées sont le dioxyde de titane ou de silice,  les nanotubes de carbone, les nanoparticules d’argent, de magnésium, de zinc... pour des usages très variés :

  • médicaux : Traitement anticancéreux, imagerie médicale, cosmétologie (crème solaire)…
  • industriels : Agroalimentaire, aéronautique (ex : matériaux plus léger mais avec une bonne résistance mécanique), automobile (ex : pot catalytique), chimie, construction, défense, électronique, production d’énergie, optique, textile…

Les enjeux

Enjeux économiques :

De nombreuses techniques nécessitent l’emploi de nanoparticules (ex. : imagerie médicale, cosmétiques…). Leurs tailles et leurs structures permettent de lever certains verrous technologiques dans des domaines aussi stratégiques que la santé, l’énergie, l’environnement, les technologies de l’information et de la communication et les transports.

 

Enjeux sociaux :

Les nanotechnologies changent nos modes de vie (ex. : utilisation de smart phone et de tablette… pour lire, écrire et communiquer…)

 

Enjeux techniques :

Les nanotechnologies offrent de nouvelles possibilités avec des propriétés propres à cet état de la matière. (ex. : nanotubes de carbones, potentiellement cent fois plus résistants et six fois plus légers que l’acier [source futura-science])

 

Enjeux sanitaires :

Les données scientifiques existantes ne permettent pas de prédire avec précision les risques induits par les nanoparticules. À titre de comparaison, 2 g de nanoparticules de 100 nm de diamètre représentent suffisamment de matériel pour procurer 300 000 particules à chaque homme sur terre (Hardam, 2006). Comment se protéger de l’exposition de ces substances aussi fines ? Quelles sont les sources d’exposition de l’homme, de contamination de l’environnement ? Quel est leur devenir ?

 

L'action du SPPPI 

Le SPPPI a oragnisé une demi-journée d'information sur ce sujet avec le soutien du Conseil Régional PACA en partenariat avec le master PRNT, le labex Serenade, la plateforme C'Nano et l'IMBE.

Plus d'infos>

 

 

Cette fiche a été réalisée par les étudiants du master PRNT.

Que Fabien, Céline, Vicoria, Matthieu et Céline et bien sûr Thierry Athuyt soient ici remerciés.

 

Pour en savoir plus :

ASEF