À vous la parole

Accueil > Enviro'Fos > Plate-forme Enviro'Fos > CAMESCOP - Campagne de mesures ultrafines de particules et de Composés Organiques Volatiques sur la ZIP de Fos/Mer

Enviro'Fos

 

Affichage détaillé (Plate-forme Enviro'Fos)


CAMESCOP - Campagne de mesures ultrafines de particules et de Composés Organiques Volatiques sur la ZIP de Fos/Mer

JPEG CAMESCOP

Objectifs

Fournir un inventaire détaillé des caractéristiques physico-chimiques des particules et des COV pouvant être rencontrés en zone résidentielle proche de la zone industrialo-portuaire (ZIP) de Fos.

Dans l'objectif de :

  • Orienter de futures études et moyens de surveillance en fonction des particularités locales, 
  • Avoir un premier aperçu de l’impact potentiel et des origines de ces aérosols.

JPEG CAMESCOP 2

Conclusion

La campagne de mesure des composés organiques volatils et de particules (CAMESCOP) a eu pour finalité une étude de la qualité de l’air dans un quartier résidentiel de Fos-sur-Mer sur une durée d’un mois d’été.

Il en ressort notamment que la mesure en masse des PM10 ne permet pas d’appréhender l’exposition de la population aux particules ultrafines, de taille inférieure à 0,1 µm. Les pics en nombre de PM1 sont mieux liées que les PM10 avec la présence de SO2 suggérant ainsi une origine industrielle des particules ultrafines. Ces pics interviennent quand le vent provient du secteur sud passant sur la plupart des sites industriels de la région (Fos et Lavéra notamment).

Les caractéristiques des particules lors des pics de concentration en nombre de PM1 orientent vers une origine industrielle. Ces pics interviennent de manière très soudaine, sur des gammes restreintes de tailles de particules fines.

La composition chimique de ces particules est très variée, révélatrice de la complexité des phénomènes et du nombre important de sources impliquées, mais montre souvent des teneurs élevées en sulfates, en carbone-suie, ou en HAP.

Ils sont aussi associés à des pics de COV élevés, notamment des Hydrocarbures mais aussi à la plupart des autres COV suivis. Par mistral, au contraire, on trouve une chimie des PM1 assez stable dans le temps et dominée par la matière organique.

L’étude montre peu de lien entre COV et présence de SO2, contrairement aux attentes, notamment par période de brises. Les COV montrent par ce type de régime de vents des élévations lors des brises de terre, suggérant une possible participation des dépôts pétroliers situés au nord de Fos. 

La ville est donc exposée à une grande variété de polluants atmosphériques dès qu’elle rencontre des conditions de vents autres que le mistral. Toutefois, par mistral les niveaux de particules ultrafines restent conséquent, notamment en raison des processus photochimiques. Il semble essentiel de poursuivre les efforts de caractérisation physico-chimique des polluants sur la ville de Fos, en particulier en ce qui concerne le nombre et la taille des particules qui sont un complément indispensable aux mesures de surveillance actuelles. Cela permettrait de mieux appréhender leur impact sur l’environnement et la santé. D’autre part, la grande complexité observée dans la composition chimique des PM1 et des COV nécessite une meilleure compréhension afin d’en mesurer les éventuels effets, passant notamment par une connaissance de leurs sources et de leurs contributions dans les zones habitées du pourtour de l’Étang de Berre et de la ZIP de Fos. 

Vous souhaitez apporter votre contribution à Enviro’Fos ? Un formulaire de contact est à votre disposition afin de nous faire parvenir de nouvelles études ou vos remarques et éventuelles modifications à apporter au contenu présenté.

Aucun jugement, ni dans la qualité des études, ni dans l'exactitude de leurs résultats, n'est porté par le SPPPI PACA et les partenaires du projet Enviro'Fos sur ces études.