À vous la parole

Accueil > Enviro'Fos > Plate-forme Enviro'Fos > Bioimprégnation & biodiversité lichénique comme indicateurs de la pollution atmosphérique autour de la zone industrialo-portuaire de Fos-sur-Mer

Enviro'Fos

 

Affichage détaillé (Plate-forme Enviro'Fos)


Bioimprégnation & biodiversité lichénique comme indicateurs de la pollution atmosphérique autour de la zone industrialo-portuaire de Fos-sur-Mer

JPEG LICHENS 2

Objectifs

L'Institut Écocitoyen pour la Connaissance des Pollutions (IECP), en partenariat avec la société Air Lichens, présente ici les résultats d'une biosurveillance lichénique complète sur un territoire intégrant la zone industrialoportuaire ainsi que les villes alentours.

Les lichens, symbioses entre un champignon et une algue ou cyanobactérie, ont pour principales sources d'éléments nutritifs les apports atmosphériques et peuvent ainsi être très sensibles aux polluants atmosphériques métalliques et organiques. Ils sont considérés comme des bioindicateurs pertinents de la qualité de l'air et ont ainsi été largement utilisés pour mesurer l'exposition des écosystèmes terrestres aux métaux traces ou à divers composés organiques tels que les PCBs (polychlorobiphényles), les HAPs (Hydrocarbures aromatiques polycycliques) ou les dioxines en utilisant leur qualité de bioaccumulateurs de polluants atmosphériques. De même, la diversité lichénique est utilisée comme un indicateur depuis le XIXe siècle pour surveiller les effets de la pollution de l'air dans les zones urbaines ou industrielles. Celle-ci modifie les communautés de lichens, qui se traduit, selon la nature et la concentration des polluants, par un appauvrissement en termes de richesse et d'abondance.

Les travaux de biosurveillance lichénique présentés ici s'articulent autour de relevés de Flore lichénique épiphyte réalisés entre 2011 et 2013, et de prélèvements de thalles de Xanthoria parietina effectués une fois par an depuis 2011 pour mesurer la bioaccumulation des polluants. Les analyses conduites sur ces prélèvements concernent à la fois 17 métaux et métalloïdes, les 16 HAP de la liste USEPA et les dioxines et furanes (PCDD/F) de la liste OMS. La complémentarité des deux approches est ainsi utilisée pour améliorer la connaissance de l'état environnemental du territoire intercommunal de Ouest-Provence.


JPEG LICHENS

Conclusion

L'étude présentée ici constitue un travail important de biosurveillance dont la singularité réside notamment dans le suivi simultané d'un grand nombre de contaminants chimiques (ETM, HAP, PCDD/F) dans une espèce de lichen épiphyte (X. parietina) sur 3 années consécutives et la mesure de bioindication par les lichens sur un territoire intercommunal comprenant l'une des plus grande ZIP d'Europe et de Méditerranée. Cela a permis de mettre en évidence l'influence de celle-ci sur l'ensemble des paramètres environnementaux étudiés ici, mais aussi de pointer certains axes de travail nécessaires pour affiner les interprétations. Le suivi annuel de la bioaccumulation n'a montré que peu de variations, indiquant que la fréquence de celui-ci peut être abaissé pour une partie des stations au moins.

La mise en parallèle avec des mesures physico-chimiques dans l'atmosphère et les solss sont une première étape indispensable afin de mieux comprendre l'action des contaminants sur l'imprégnation et la diversité des lichens. Il pourra en résulter une meilleure interprétation de l'impact des sources d'émission, ou encore des mécanismes conduisant à l'accumulation des polluants et la dégradation de la diversité lichénique par les émissions polluantes. L'évaluation de l'impact sanitaire et environnemental de la ZIP constitue le principal objectif de ce type d'étude qui pourra ainsi être affiné au fur et à mesure de l'acquisition de nouvelles données, de leur croisement et de leur interprétation.

Si la relation entre les émissions de la ZIP et l'imprégnation des lichens est mise en évidence et nécessite d'être précisée, l'importance de ce type de travail dans les grandes zones industrielles n'est plus à démontrer. Il a encore été pointé la complexité de l'exposition dans ce type d'environnement, avec la présence simultanée de nombreux contaminants issus de sources nombreuses et variées. A l'image des nombreux travaux réalisés dans les grands centres urbains, les milieux fortement industrialisés tels que les ZIP de Fos et de Dunkerque en France par exemple requièrent aujourd'hui une attention accrue et intégrée.

Vous souhaitez apporter votre contribution à Enviro’Fos ? Un formulaire de contact est à votre disposition afin de nous faire parvenir de nouvelles études ou vos remarques et éventuelles modifications à apporter au contenu présenté.

Aucun jugement, ni dans la qualité des études, ni dans l'exactitude de leurs résultats, n'est porté par le SPPPI PACA et les partenaires du projet Enviro'Fos sur ces études.