À vous la parole

Accueil > Enviro'Fos > Plate-forme Enviro'Fos > Connaissances, attitudes et pratiques des médecins face à la pollution atmosphérique

Enviro'Fos

 

Affichage détaillé (Plate-forme Enviro'Fos)


Connaissances, attitudes et pratiques des médecins face à la pollution atmosphérique

Objectifs

Connaissances, attitudes et pratiques des médecins face à la pollution atmosphérique dans les Bouches du Rhône et notamment sur Fos-sur-Mer.

Cette étude concerne les connaissances et les attitudes des médecins face à la pollution atmosphérique dans le département des Bouches du Rhône. Elle semble souligner la grande motivation des médecins, en particulier des pneumologues et des pédiatres, par rapport à la pollution atmosphérique.

"Les différentes catégories d'acteurs concernés, en France, par les risques sanitaires liés aux phénomènes environnementaux font l'objet, ces dernières années, d'un nombre croissant de recherches en sciences sociales. Parallèlement aux travaux consacrés aux groupes «profanes» (ANTOINE-PAILLE, 2002; ATTANÉ, 2002; NAHON, 1999; ZONABEND, 1993), l'attention des chercheurs s'oriente également vers les acteurs experts ou décideurs exerçant dans diverses instances en charge des questions de sécurité sanitaire et de santé des populations: gouvernement, administrations centrales, services déconcentrés régionaux ou départementaux, élus aux divers échelons territoriaux, municipalités, agences nationales - InVS, Afsse, Afssa, Afsset1 - etc (BESANÇON, 2004; BESANÇON et al., 2004; CHATEAURAYNAUD et TORNY, 1999; EsTADES et REMY, 2003; GILBERT, 2002; TORNY, 1997). L'approche en termes de logiques institutionnelles et de systèmes de gouvernance est cependant prépondérante dans ces travaux par rapport à celles en terme de positionnements ou de représentations des divers groupes d'acteurs professionnels. De plus, les médecins généralistes assurant des fonctions de clinicien en contact avec les patients n'ont, à ce jour, guère fait l'objet d'approches portantsur leurs perceptions des risques environnementaux et leurs conduites en la matière. C'est plus particulièrement à cette catégorie de protagonistes professionnels du champ de la santé que nous nous intéresserons ici. (...)"


Conclusion

Globalement trois faits marquants :

1) les médecins manquent globalement de connaissances et d'informations sur la pollution atmosphérique et font peu de recommandations auprès des populations sensibles.

2) les réseaux de mesure de la qualité de l'air possèdent des modes de communication accessibles à tous qui donnent soit un aperçu global (indice ATMO), soit des résultats chiffrés concernant la qualité de l'air dans la journée (Minitel, lignes téléphoniques). Or, peu de médecins sont au courant de ces modes de communication.

3) un nombre élevé de médecins considère qu'il est inutile d'informer directement la population par serveur spécialisé (pourrait générer selon eux de l'anxiété parmi les consultants).

Vous souhaitez apporter votre contribution à Enviro’Fos ? Un formulaire de contact est à votre disposition afin de nous faire parvenir de nouvelles études ou vos remarques et éventuelles modifications à apporter au contenu présenté.

Aucun jugement, ni dans la qualité des études, ni dans l'exactitude de leurs résultats, n'est porté par le SPPPI PACA et les partenaires du projet Enviro'Fos sur ces études.