À vous la parole

Accueil > Enviro'Fos > Plate-forme Enviro'Fos > Evaluation des Risques Sanitaires dans la zone Industrielle de Fos-sur-Mer dans les Bouches-du-Rhône

Enviro'Fos

 

Affichage détaillé (Plate-forme Enviro'Fos)


Evaluation des Risques Sanitaires dans la zone Industrielle de Fos-sur-Mer dans les Bouches-du-Rhône

Producteur(s) : BURGEAP, SPPPI PACA - Secrétariat Permanent pour la Prévention des Pollutions Industrielles
Type de producteur : Associations

SPPPI PACA


Rapport final, 2008


ZIP de Fos-sur-Mer: Communes de Port-Saint-Louis-du-Rhône, Port-de-Bouc, Fos-sur-Mer et Saint-Mitre-Les-Remparts
Périmètre : Etude à périmètre élargi
Durée de l'étude : 4 ans
JPEG ERS SPPPI

Objectifs

La Zone Industrialo-Portuaire de Fos-sur-Mer (ZIP) dans les Bouches-du-Rhône (13) rassemble un grand nombre d'Installations Classées pour le Protection de l'Environnement (ICPE). Les rejets atmosphériques de ces industriels sont nombreux et de nature différentes. A la demande de la DRIRE PACA, une Evaluation des Risques Sanitaire globale liés aux activités de cette zone a été réalisée par BURGEAP en partenariat avec NUMTECH pour la modélisation de la dispersion des émissions. L'étude porte sur les risques chroniques, en fonctionnement normal des installations, (sur la base des rejets de l'année 2005 et des estimations pour l'année 2011), pour une exposition des populations riveraines et des travailleurs.

Cette démarche a pour objectif de :

  • Déterminer la zone d'influence des rejets atmosphériques et aqueux actuels de la ZIP de Fos-sur-Mer et les niveaux de risque sanitaire associés (aujourd'hui et futur) pour un fonctionnement normal des installations.
  • Identifier les groupes de populations les plus exposées.
  • Dégager des priorités de gestion des risques, si nécessaire, sur cette zone telles que la réduction d'émissions et/ou des actions de surveillance dans l'environnement pour des polluants à déterminer.

Conclusion

Les résultats de l'étude ont permis de hiérarchiser les risques en classant les polluants en plusieurs catégories :

  • Un polluant dépassant les valeurs repères :
Arsenic : Le quotient de danger et l'excès de risque individuel calculés pour l'arsenic lors de l'ingestion de sol, suite à la campagne de mesure, sont supérieurs aux valaurs repères pour un point de prélèvement et restent proches des valeurs repères pour les autres. Ces risques pourraient provenir majoritairement du bruit de fond géochimique local et non pas des sources d'émissions industrielles. Cette hypothèse est à confirmé par une étude plus poussée (AIGRETTE).
  • Un polluant dépassant les valeurs repères dont le terme source est entaché d'une grande incertitude.
Les poussières : Pour une exposition chronique aux poussières émises par la ZIP de Fos-sur-Mer, le risque calculé dépasse les valeurs repères uniquement pour les travailleurs du terminal minéralier. La discussion des incertitudes montre une majoration des concentrations modélisées a minima d'un facteur 10, correction suffisante pour passer en dessous des valeurs repères.
  • Deux polluants proches des valeurs repères et pour lesquels des compléments d'information sont nécessaires compte tenu des incertitudes.
Dichloroéthane : l'ERI du dichloroéthane est de 3.10^-6 au récepteur le plus impacté et de 5,8.10^-5 pour un travailleur de VINYFLOS, valeur d'ERI comprise dans l'intervalle 10^-6 - 10^-4, intervalle où les incertitudes ont été discutées. La qualité du terme source est moyenne compte tenu de la nature des sources émettrices (sources diffuses : caniveaux et BOG) et l'incertitude difficile à évaluer. Nous sommes dans des gammes de concentration où des risques sanitaires pourraient se produire.
Chrome VI : L'ERI du chrome VI est de 1,5.10^-6 au récepteur le plus impacté et de 6,5.10^-6 pour un travailleur d'ASCOMETAL, valeur d'ERI comprise dans un intervalle 10^-6 - 10^-4, intervalle où les incertitudes ont été discutées. La qualité du terme source est faible compte tenu de l'hypothèse de répartition Cr VI prise à 10% du chrome total est considéré comme majorante. UNe confirmation des valeurs spécifiques à ASCOMETAL serait nécessaire.
 
  • Deux polluants proches des valeurs repères, qu'il est nécessaire de surveiller :
Dioxyde d'azote : Pour une exposition chronique au NO2, la comparaison des concentrations en moyenne annuelle à la valeur guide existante montre des concentrations modélisées aux récepteurs inférieures de plus d'un facteur 2. A proximité des routes nationales, elles peuvent être du même ordre de grandeur que la valeur guide.
Dioxyde de soufre : La prise en compte de la valeur guide revue par l'OMS de 20 microgrammes/m3 en moyenne journalière, montre que les concentrations en moyenne annuelle aux récepteurs sont inférieurs mais du même ordre de grandeur que la valeur guide, ce qui peut laisser supposer un dépassement possible en moyenne journalière. Ces risques feront l'object d'une étude plus approfondie.
  • Un polluant inférieur aux valeurs repères, qu'il est préférable de surveiller
Dioxines : Le quotient de danger chronique calculé pour l'ingestion de dioxines dans les sols, végétaux, oeufs et viande, pour un scénario d'exposition majorant est de 0,1, inférieur à la valeur repère de 1. Nous sommes donc dans des gammes de concentration où les risques sanitaires sont non significatifs. Ce polluant reste tout de même à surveiller.
  • Enfin, tous les autres polluants sont inférieurs ou très inférieurs aux valeurs repères et l'analyse des incertitudes n'est pas de nature à remettre en cause les conclusion.

Vous souhaitez apporter votre contribution à Enviro’Fos ? Un formulaire de contact est à votre disposition afin de nous faire parvenir de nouvelles études ou vos remarques et éventuelles modifications à apporter au contenu présenté.

Aucun jugement, ni dans la qualité des études, ni dans l'exactitude de leurs résultats, n'est porté par le SPPPI PACA et les partenaires du projet Enviro'Fos sur ces études.