À vous la parole

Accueil > Enviro'Fos > Plate-forme Enviro'Fos > Étude du transfert sol-plante-atmosphère des polluants organiques et métalliques sur le territoire du SAN Ouest-Provence

Enviro'Fos

 

Affichage détaillé (Plate-forme Enviro'Fos)


Étude du transfert sol-plante-atmosphère des polluants organiques et métalliques sur le territoire du SAN Ouest-Provence

Objectifs

A une échelle globale, depuis plusieurs décennies, les industries, le trafic et   l’urbanisation   ont   contribué   de   manière   significative   à   l'émission   de contaminants métalliques et organiques causant une menace importante pour la flore, la faune et la santé humaine (Tubek et Tubek, 2008). Ainsi, les jardins et potagers, de plus en plus développés dans les zones urbaines en France et en Europe (Galt et al., 2014), sont souvent situés à proximité directe des routes et/ou des installations industrielles (Pierart et al., 2015), et sont, de plus, menacés par la diminution de la surface des terres agricoles et de leur capacité de production de par l’extension des villes et la pression immobilière. Ainsi, cette étude, réalisée sur un territoire fortement urbanisé et industrialisé, avait plusieurs objectifs :
(i) évaluer la qualité agronomique des sols de culture,
(ii) déterminer la qualité des salades produites sur le territoire et leur capacité de bioaccumulation des polluants,
(iii) identifier les sources de pollution et enfin
(iv) estimer les risques sanitaires éventuels causés par l’ingestion de sols ou de végétaux contaminés. Elle a, de fait, permis de déterminer le devenir des contaminants dans le système sol-plante-atmosphère avec les conséquences sur l’exposition humaine.


Conclusion

D’une   part,   l’étude   des   paramètres   physico-chimiques   du   sol   (pH, carbone organique, azote total, C/N, CEC, texture) a mis en avant des sols de bonne qualité agronomique sur l’ensemble du territoire, riches en matière organique,   présentant   un   pH   neutre   à   alcalin   et   une   texture   à   tendance limoneuse. D’autre part, l’analyse des sols et végétaux cultivés a permis de mettre en évidence l’accumulation de nombreux contaminants dans les sols et végétaux. En effet, les sols des communes proches de la ZIP de Fos (Fos-sur-Mer et Port-Saint-Louis-du-Rhône) présentent, au niveau de leur horizon de surface, des excès en HAP et en métaux (FE> 2 pour Cd, Zn et Pb), contaminants probablement d’origine industrielle. Les communes du nord du territoire, éloignées de plus de 15 km de la ZIP, sont essentiellement impactées par l’agriculture et présentent des sols enrichis en Cu et dans une moindre mesure en Zn, témoignant d’un usage important de produits phytosanitaires et d’amendements organiques. Ces contaminations de sols relevées dans le sud du territoire entraînent un risque sanitaire avéré qui nécessite la prise en compte de stratégies adaptées lors du travail du sol (humification du sol, port d’un masque, etc.). Malgré les concentrations en métaux et, dans une moindre mesure, en PCB et PCDD/F mesurées dans les salades supérieures aux concentrations habituelles relevées au niveau national, l’ingestion des salades cultivées sur la zone  d’étude présentent un risque sanitaire faible voire négligeable. Il est à noter que la contamination des sols en HAP mesurée dans le sud du territoire n’a pas été transférée aux végétaux cultivés dans lesquels aucun HAP n’a été détecté. Enfin, l’étude de la bioaccessibilité des métaux a permis de mettre en avant la toxicité environnementale et sanitaire du Cd, celui-ci étant fortement biodisponible dans le sol et facilement assimilable par l’homme en cas d’ingestion de matrices contaminées.

Ces résultats soulignent l'importance d'étudier le comportement des polluants dans l'environnement et d’évaluer les risques qu’ils présentent pour la santé. Il est donc nécessaire de réaliser des mesures et contrôles de l’état environnemental et sanitaire d’une zone, communiquer avec toutes les parties prenantes, et donner des conseils pour réduire l'exposition humaine. Ces résultats appuient, par ailleurs, la nécessité d'un suivi à long terme à Fos-sur-Mer et Port-Saint-Louis-du-Rhône, les villes les plus affectées par l’activité industrielle de la ZIP de Fos, pour préciser les impacts environnementaux et sanitaires des contaminations relevées. Ainsi, l'étude de l'accumulation et du transfert des polluants métalliques et organiques dans les végétaux dans des zones fortement impactées par les activités humaines est un enjeu crucial pour la santé.

Vous souhaitez apporter votre contribution à Enviro’Fos ? Un formulaire de contact est à votre disposition afin de nous faire parvenir de nouvelles études ou vos remarques et éventuelles modifications à apporter au contenu présenté.

Aucun jugement, ni dans la qualité des études, ni dans l'exactitude de leurs résultats, n'est porté par le SPPPI PACA et les partenaires du projet Enviro'Fos sur ces études.