Accueil > Enviro'Fos / Gardanne > Plate-forme Enviro'Fos / Gardanne > Evaluation de la diversité et de la connectivité génétique de Zostera noltii dans l'étang de Berre. Comparaison à d'autres sites de Méditerranée occidentale

Enviro'Fos / Gardanne

 

Affichage détaillé (Plate-forme Enviro'Fos / Gardanne)


Evaluation de la diversité et de la connectivité génétique de Zostera noltii dans l'étang de Berre. Comparaison à d'autres sites de Méditerranée occidentale

Vignette objectifs

Objectifs

L’extinction des herbiers de Zostera dans l’étang de Berre résulte de plusieurs facteurs ayant agi simultanément ou en synergie, au cours des dernières décennies. Pour autant, les herbiers qui subsistent, à l’état de vestiges, sont principalement localisés dans la partie Nord-Est de l’étang et sont isolés du point de communication avec la mer ouverte, et de fait, d’avec les vastes herbiers de Zostera présents dans le golfe de Fos (Anse de Carteau). L’appauvrissement génétique du à l’isolement géographique pourrait-il jouer un rôle dans l’absence de recolonisation des herbiers de l’étang de Berre ?

L’objectif de cette étude est de caractériser la structure génétique des populations de Zostera de l’étang de Berre et d’en retracer l’histoire, notamment en les comparant avec d’autres populations comme les herbiers du golfe de Fos (Anse de Carteau). Cette comparaison sera étendue à d’autres secteurs géographiques de Méditerranée occidentale.

Les résultats de cette étude pourront également venir alimenter la réflexion en cours sur les possibilités de restauration active des herbiers de Zostera de Berre. En effet, dans le cas de réimplantation, la variabilité génétique des populations sources s’est avérée un facteur essentiel dans la définition des stratégies de restauration.


Vignette conclusion

Conclusion

L’analyse de la diversité génétique a été réalisée sur les herbiers de Zostera noltii de 4 sites en Méditerranée française dont deux dans l’étang de Berre et trois sites de la mer Tyrrhénienne.

Les résultats mettent clairement en évidence :

  1. Une forte hétérozygotie, dans l’ensemble des populations étudiées, ce qui témoigne d’une reproduction sexuée active et d’un faible taux de consanguinité au sein de chacune des populations ;
  2. L’isolement des herbiers de l’étang de Berre (populations du delta de l’Arc et de la pointe de Berre) d’avec les populations de mer ouverte (anse de Carteau, lagune du Brusc) ;
  3. Pour l’étang de Berre, un nombre d’allèles inférieur et un niveau de diversité génétique plus faible dans la population de l’Arc, ce qui peut avoir des conséquences sur la persistance de cet herbier. Pour autant, les deux populations de l’Arc et de la Pointe de Berre sont en relation, avec une proportion (faible) de génotypes communs ;
  4. Enfin, l’existence d’une structure génétique le long d’un arc côtier de l’est vers l’ouest, avec une différenciation nette des populations sud-tyrrhéniennes, nord-tyrrhéniennes, du Brusc et des populations encore plus à l’ouest, anse de Carteau, étang de Berre.

Vous souhaitez apporter votre contribution à Enviro'Fos/Gardanne ?Un formulaire de contact est à votre disposition afin de nous faire parvenir de nouvelles études ou vos remarques et éventuelles modifications à apporter au contenu présenté.

Aucun jugement, ni dans la qualité, ni dans l'exactitude des résultats des études, n'est porté par le SPPPI PACA et les partenaires du projet Enviro'Fos/Gardanne.