Affichage détaillé (Plate-forme Enviro'Étang de Berre)


Validation de VTR élaborées par la compagnie pétrochimique de Berre dans le cadre d'une évaluation quantitative des risques sanitaires liée à une pollution de la nappe souterraine (Berre l'Etang)

Vignette périmètre
Producteur(s) : ANSES - Agence Nationale de Sécurité Sanitaire de l'alimentation, de l'environnement et du travail
Type de producteur : Etablissements publics

Site de l'ANSES


Rapport, 2015


Berre l'Etang
Périmètre : Etude localisée
Vignette objectifs

Objectifs

En 2007, les riverains du quartier de la Molle de la commune de Berre l’Etang, ont adressé à la DREAL PACA une plainte pour nuisances olfactives liées aux eaux de leurs puits. Les investigations ont mis en évidence une pollution généralisée de la nappe souterraine par des pesticides. La nappe souterraine captée par les riverains est également polluée par des dérivés d’hydrocarbures qui ont pu être synthétisés dans l’unité de fabrication de solvants du pôle pétrochimique de Berre.

 

Dans le cadre de la cessation partielle de cette unité, l’Agence régionale de santé (ARS) et la Dréal ont demandé à l’exploitant d’évaluer les risques sanitaires induits pour les riverains par la présence de solvants dans les eaux souterraines. Cette évaluation intègre toutes les voies d’exposition (inhalation de vapeurs dans l’air intérieur et extérieur, ingestion de produits du jardin, ingestion accidentelle d’eau d’origine souterraine). Or pour certaines substances, aucune valeur toxicologique de référence (VTR) n’a été identifiée. Pour pallier cette absence de valeur, le bureau d’études (BE) mandaté par l’exploitant, a proposé pour ces substances des VTR qu’il a lui-même construites.


Vignette conclusion

Conclusion

Pour une même substance, des VTR pour des durées d’exposition aiguë ou chronique ont été élaborées en fonction des effets mis en évidence (effet sur le développement, sur la fertilité ou un effet cancérogène), mais les conditions d’application sont différentes.

Concernant les effets sur le développement, il est généralement admis qu’une exposition unique peut suffire pour induire la survenue de l’effet si l’exposition survient lors d’une phase critique du développement embryo-foetal. Par conséquent, la dose d’exposition est directement celle à retenir sans ajustement concernant la durée de l’exposition. Une VTR reprotoxique s’applique pour des durées d’exposition d’une journée (Afsset, 2007).

Les données disponibles pour le diisobutylène (voie respiratoire) et le diisopropyl éther (voie orale) étant limitées, les VTR construites pour ces substances sont fragiles. L’élaboration de VTR pour ces composés a été réalisée par transposition de voie à voie selon les recommandations de l’agence europénne des substances chimiques (ECHA, 2012). Il conviendra de réviser ces VTR dès que de nouvelles données pertinentes de toxicité seront disponibles.

Pour le sec-butyl éther, le CES n’a pas souhaité élaborer de VTR en l’absence de données suffisantes.

Vous souhaitez apporter votre contribution à Enviro'Fos/Gardanne ?Un formulaire de contact est à votre disposition afin de nous faire parvenir de nouvelles études ou vos remarques et éventuelles modifications à apporter au contenu présenté.