Affichage détaillé (Plate-forme Enviro'Étang de Berre)


Caractérisation géochimique et écotoxicologique d'une friche industrielle multi-contaminée

Vignette périmètre
Producteur(s) : IECP - Institut Ecocitoyen Pour la Connaissance des Pollutions, CEREGE - Centre Européen de Recherche et d'Enseignement en Géosciences de l'Environnement
Type de producteur : Associations, Universitaires

Site de l'IECP


Mémoire de stage, 2019


Site Azur Chimie - Port-de-Bouc
Périmètre : Etude localisée
Durée de l'étude : 3 ans
Vignette objectifs

Objectifs

Depuis les années 1920, le site d'Azur Chimie a accueilli successivement les déchets municipaux et industriels de la ville, puis divers groupes industriels producteurs, entre autres, de matières plastiques et de dérivés aromatiques
bromés. C’est pour ces raisons qu’il fait l’objet d’études depuis 2017, dont le projet Brom’Azur (OHM LM – Labex DRIIHM), dont dépend cette étude [...].

Ces travaux ont d’ores et déjà mis en évidence une multi-contamination hétérogène en surface impactant l’environnement proche.

Deux problématiques sont inhérentes à cette étude :

  • Dans un premier temps l’objectif est de caractériser la contamination du site en profondeur et de tenter d’en comprendre son origine vis-à-vis de l’historique industriel chargé. Ceci permettra également de compléter les données disponibles en surface, notamment sur les risques d’exposition des différents milieux.
  • D’autre part, nous nous intéressons à l’écotoxicité des polluants présents en surface. En effet, la problématique des effets toxiques de cocktails complexes est relativement récente, et les interactions sont assez mal connues dès qu’il s’agit de mélanges en présence de plus de deux contaminants. Nous cherchons donc à savoir si des effets synergiques ou antagonistes peuvent être mis en évidence vis-à-vis de végétaux cultivés sur plusieurs sols de la friche, caractérisés par des concentrations en polluants hétéroclites. Pour cela nous observerons les réponses physiologiques et l’accumulation des polluants chez ces végétaux.

Vignette conclusion

Conclusion

L’analyse des deux carottages effectués sur le site a confirmé l’importante contamination de surface, avec des facteurs d’enrichissement supérieurs à 10 pour Pb, Cu, Zn, Cd, et Hg, dont la toxicité est avérée. Plusieurs horizons ont révélé la présence de nombreux artefacts anthropiques, jusqu’à 2,4 m de profondeur pour la carotte F1-2, révélant notamment l’utilisation du site d’Azur Chimie en tant que décharge avant l’installation de l’activité industrielle.

Cela explique l’observation de pics de concentrations des ETMM dans ces horizons répartis de façon hétérogènes, qui sont le reflet de ces contaminations « ponctuelles » (matériaux ferreux, béton, plastique…). La seconde carotte plus proche du ruisseau, a également montré de fortes teneurs en ETMM, entre 1 m et 1,5 m de profondeur, jusqu’à 20 fois plus élevées qu’en surface. Ceci serait également le reflet de la présente de la décharge. L’existence d’une deuxième zone d’accumulation dans cette carotte à environ 50 cm semble indiquer l’existence d’un horizon d’accumulation [...].

Afin d’étudier l’écotoxicité des mélanges de polluants présents sur le site d’Azur Chimie, quatre sols ont été sélectionnés pour réaliser la mise en culture de deux espèces végétales, Hordeum vulgare (orge, monocotylédone) et Raphanus sativus (radis, dicotylédone). Leurs réponses physiologiques face à ces contaminations ont été suivies et comparées. Les végétaux cultivés sur les 4 sols d’essais ont montré une réduction de leurs activités physiologiques. Chez l’orge, le sol B, caractérisé par de fortes concentrations en HAP a montré une toxicité particulièrement élevée. On a ainsi observé un taux de germination et des teneurs en caroténoïdes plus faibles de 33 % par rapport au témoin positif HUMIN, et une biomasse plus faible de 70 %. Le sol C, contaminé principalement au PCB, a également montré une forte toxicité. Celle-ci s’est exprimée à travers une diminution de la biomasse de 70 % et des teneurs en chlorophylles de 40 % en moyenne [...].

Ainsi, ces premiers résultats concernant l’écotoxicité des cocktails de polluants mesurés dans le sol d’Azur Chimie semblent mettre en évidence une plus forte toxicité des HAP et PCB, polluants majoritaires respectivement des sols B et C, sur la physiologie des végétaux [...].

Vous souhaitez apporter votre contribution à Enviro'Fos/Gardanne ?Un formulaire de contact est à votre disposition afin de nous faire parvenir de nouvelles études ou vos remarques et éventuelles modifications à apporter au contenu présenté.