Affichage détaillé (Plate-forme Enviro'Étang de Berre)


Relevés lichéniques 2020 du réseau VOCE

Vignette périmètre
Producteur(s) : IECP - Institut Ecocitoyen Pour la Connaissance des Pollutions
Type de producteur : Associations

Site de l'Institut écocitoyen


Rapport, 2021


Métropole Aix-Marseille-Provence
Périmètre : Etude à périmètre élargi
Durée de l'étude : 1 an
Thèmes : Air
Mots-clés : Bioaccumulation, Bioindication, Lichens
Type d'étude : Mesure
Vignette objectifs

Objectifs

Pour rappel, les lichens sont des organismes issus de la symbiose entre un champignon et une algue (cyanobactérie). Ils ont pour principales sources d’éléments nutritifs les apports atmosphériques et peuvent ainsi être sensibles aux polluants atmosphériques métalliques et organiques.

L’Institut Ecocitoyen réalise depuis 2011 un suivi de la qualité de l’air sur le territoire de la Métropole Aix-Marseille-Provence à partir de la biosurveillance lichénique et suivant deux méthodes :

  • des mesures de bioaccumulation des polluants dans les lichens ;
  • des relevés de biodiversité lichénique : la bioindication (Dron et al, 2016).

Sur la base de cette étude, un protocole de science participative a été mis en œuvre depuis 3 ans pour le suivi de la diversité lichénique par les citoyens volontaires. L’action vise à collecter des données sur la diversité et l’abondance des lichens nous permettant d’évaluer l’exposition à la pollution atmosphérique sur le territoire de la Métropole Aix-Marseille-Provence ainsi que sur plusieurs communes des Bouches-du-Rhône, en impliquant directement les habitants dans une action d’observations scientifiques.


Vignette conclusion

Conclusion

Ces résultats, représentant la répartition des types de lichens et de quatre espèces indicatrices, permettent d’évaluer la qualité de l’air sur les différentes stations d’étude. Une mauvaise qualité de l’air est ainsi relevée sur le « témoin + », situé à Fos-sur-Mer et impacté par les émissions industrielles. Sur cette station, les lichens crustacés sont dominants et seulement deux des espèces indicatrices suivies sont observées, Xanthoria parietina et Physcia biziana, peu sensibles aux polluants de l’air.

Les stations rurales et péri-urbaines, moins exposées aux émissions industrielles et routières, révèlent la plus grande diversité et la plus importante proportion de foliacées et de fruticuleux, bien représentées par les espèces sensibles Ramalina sp. et Flavoparmelia sp..

Depuis le lancement du programme VOCE lichen, vingt-deux stations ont été intégrées au réseau VOCE de suivi de la diversité lichénique avec la participation de dix-huit citoyens volontaires. Sept de ces placettes présentent un suivi sur plusieurs années permettant d’évaluer l’évolution de la diversité, des cortèges lichéniques et d’en déduire ainsi l’évolution de la qualité de l’air. Les évolutions de la répartition des espèces et des types de lichens relevés sur les placettes de Grans ces dernières années, semblent mettre en avant un impact de l’exposition atmosphérique ou des variations climatiques sur la flore lichénique de ces stations, qui nécessiteront la réalisation d’un relevé complet par les équipes de l’Institut pour préciser les résultats.

Vous souhaitez apporter votre contribution à Enviro'Fos/Gardanne ?Un formulaire de contact est à votre disposition afin de nous faire parvenir de nouvelles études ou vos remarques et éventuelles modifications à apporter au contenu présenté.